Quand ça Mord

Quand ça mord...

Faire preuve de patience, de volonté, de détermination... Et attendre...

Attendre...

Attendre encore, que ça morde.

L'attente...

Ils sont plusieurs à attendre que ça morde, sur leur ligne, tous placés en rang d'oignon le long du quai, les deux mains sur leur canne, les pieds ancrés dans le sol.

Et nous sommes quelques-uns à les regarder faire, sagement, patiemment.

Il règne un calme olympien, la concentration est de mise, il en dépend du soupé du soir… !

"Tire sur ta ligne Petit, tire sur ta ligne !"

A mes côtés sur le banc chauffé par le soleil Breton, un vieux Papi solitaire dispense de ses conseils au garçonnet qui fait mine de ne pas l'écouter.

A peine ce dernier lui adresse-t-il un regard.

Peut-être lui a-t-on trop souvent répéter de ne pas parler aux inconnus ?

Peut-être... !

Mais cela ne devrait pas le dispenser de faire preuve d'un peu de politesse vis à vis de ce Vieux Papi aux conseils sommes toutes bienveillants.

Et peut-être que s'il tirait mieux sur sa ligne, je n'aurais pas besoin d'attendre aussi longtemps que ça morde moi aussi, sur ce banc, telle une trentenaire solitaire, à le regarder se débattre avec sa ligne à présent.

Je n'ai jamais assisté à une partie de pêche de ma vie !

Celle-ci est ma première.

 

Et quelle première... !

Attendre...

Attendre que ça morde !

Mais pour que ça morde, encore faudrait-il qu'il arrive à se dépatouiller dans cette ligne pleine de nœuds.

" Tire par le bout là, pour la défaire ! Là... tire par-là... !"

Nouveaux conseils du Papi, ingratement ignorés par le gamin.

Nos regards se croisent, le Papi et moi.

Je lui adresse un sourire complaisant, et lui, en retour accepte la présence de mon appareil discrètement posé sur mes genoux.

Il n'est pas le seul à avoir noté sa présence, mais il est le seul à avoir compris quel était l'objet de mon attente.

Et le Jeunot se débat encore un peu plus avec sa ligne nouée.

C'est toujours un peu comme ça la vie n'est- ce pas ?

Ignorer les conseils des anciens, pour se fourrer encore un peu plus le nez dans cette tartine de merde pleine de nœuds...

Et puis, ça ressemble aussi à ça la vie n'est-ce pas ?

Apprendre à dénouer soi-même sa propre ligne, quitte à essuyer quelques échecs et risquer de rentrer bredouille pour le soupé du soir…

Alors il recommence, encore et encore...

Et il nous faut attendre... Encore et encore !

Attendre que ça morde !

C'est vrai, je n'ai jamais assisté à une partie de pêche de ma vie.

Celle-ci est ma première.

Et quelle première... Qu'est-ce qu’on se fait chier !

​Mais ainsi va la vie n’est-ce pas… ?

L’attente est toujours longue et pesante pour ceux qui la subissent…

 

Ah... !

Il semblerait que ça morde...

Accroché à la ligne, un petit poisson dont je ne connais pas le nom...

Je ne connais pas grand-chose aux poissons à vrai dire.

Qu’ils soient d’eau douce ou de mer, je sais simplement qu'ils ressentent la peur, la solitude et la douleur, tout comme vous, tout comme moi, plantée là...

Que lorsque ça mord... lorsqu'ils sont ramenés à la surface, leurs yeux sortent de leurs orbites, la vessie natatoire éclate à cause de la décompression, et parfois même, l'estomac leur sort par la bouche...

C'est tout ce que je sais ...

Ce n'est pas grand-chose, mais déjà bien suffisant, pour ne pas aimer lorsque ça mord...

Et pourtant, j’ai attendu que ça morde…

Comme le garçonnet, comme le Papi, et comme tous les autres aussi à nos cotés…

 

Je me garderai bien de leur dire que je n’aime pas lorsque ça mord.

Car quand ça mord…

Juillet 2019

 

 

 

© 2020 - Perrine Busier