Rechercher

Doudou a perdu son enfant


Doudou a perdu son enfant, je répète : Doudou a perdu son Enfant, rue de la Solitude, en face de La Pensée, à Vieux Condé.


Drôles de noms pour une rencontre fortuite non onirique, n’est-ce pas ?

Et pourtant !


On aurait pu imaginer que les Doudous ne se promenaient pas seuls dans la Réalité. La réalité, c’est un monde beaucoup trop dangereux pour eux, beaucoup trop triste, trop sordide, même pour l’innocence d’un Doudou malgré tous ses incontestables pouvoirs.

Et pourtant, ce n’est pas au pays des Rêves, ni au pays des Merveilles que je l’ai trouvé, mais bel et bien au pays de la Réalité, où se conjugue Monde des Adultes et Monde des Enfants.

Surement à l’intersection des espoirs et des désillusions, dans cet entre-deux mouvant, toujours un pied derrière et un pied devant, à mi-chemin entre le monde d’avant et le monde d’après, entre les souhaits d’enfants et les soucis des grands. Bien trop grands, bien trop prenants.


Alors oui, c'est dans cet entre-deux là, bringuebalant au vent, sans cordon de sécurité, sans figure d'attachement, livré à lui-même, que je l'ai trouvé. A moins que ça soit lui qui ne m’ait hélée ?

Je vous avoue avoir du mal à me le remémorer…


Il était là, comme ça, allongé sur une haie, en train de se reposer, ou délicatement posé, en profitant pour nous contempler, je ne sais. Mais oui, là, juste comme ça, comme par hasard, ou par espoir, Rue de la Solitude, face à La Pensée.


Drôles de noms je vous dis !

Moi, non tout à fait seule, accompagnée de mon quadrupède préféré, à pérégriner comme on le sait, dissociée quelque part entre certains de mes rêves et cette réalité, il est vrai, un brin trop compliquée pour un Doudou abandonné. Lui, tout à fait seul comme il y parait, pas vraiment désespéré de se retrouver perdu sans son enfant préféré. Était-il abandonné ?


C’est qu’à bien le regarder, il ne semblait pas souffrir de cet état de fait.


Ce qui m’a un peu surpris, je dois bien vous l’avouer.


C’est que moi, les Doudous, je connais.


D’habitude, aux Doudous, je sais leur parler. Directement rattaché à son enfant de prédilection, à son enfant de protection, c’est assez facile de comprendre le langage d’un Doudou accompagné. Il suffit de bien les observer tous les deux, de bien les écouter, et d’un coup, c’est dans leur monde que l’on se sent porté. Dans ce monde secret qu’ils nous ont tous les deux créé, Doudou et son enfant préféré. C’est d’une magie, d’une poésie ce qu’ils ont à nous raconter. Si vous aussi vous connaissiez le langage des Doudous, je sais que vous me comprenez.


Tenez, rappelez-vous vous aussi, de ce monde magique où personne d’autre que vous n’avait accès, où il vous suffisait juste de toucher Super Doudou pour vous sentir apaisé, de le renifler, pour d’un coup, sauter dans ce cocon de réconfort que vous seul connaissiez.


Alors, vous vous en rappelez ?


Saisissez ces bribes de souvenirs qui surgissent.

Sont-ils pailletés ? Parfumés ? Colorés ? Frais et légers ? Vivants et vibrants ? Doux et acidulés ? Enjoués et apaisées ? Peuplés d’innombrables êtres animés ? Remplis d’actions et de fictions dont seul vous puissiez en saisir toute la passion ? Flamboyant de curiosité et d’ingéniosité ?


Je vous imagine déjà me chuchoter à l’oreille tous vos rêves d’enfants abandonnés. Vos aventures d’expédition sur les dunes bleues des lagons roses, à traverser des végétations luxuriantes dont vous seul avez pu contempler la beauté. Vos confidences aux splendides muses de l’au-delà aux cheveux d’ébène flottants au vent. Vos combats héroïques contre ces monstres chimériques à trois tètes que seule l’épée flamboyante offerte par le vieux Sage pouvait couper. Vos tentatives de projets de voler tel Icare contre vents et marées afin de braver tous les interdits et sauver cet être tant aimé des griffes de cette puissance maléfique que vous ne pouviez nommer. Vos dons d’ubiquité afin de pouvoir vivre plusieurs vies en une et ne jamais tirer un trait sur l’une de vos vies tant espérées. Vos métamorphoses cosmiques afin de partir à la découverte de ces contrés subaquatiques encore inexplorées. Vos excursions à dos de chameaux ailé afin de rencontrer toutes ces espèces mystiques tant fantasmées. Vos innombrables succès de performeur artistique révolutionnairement déjanté et admiré. Vos libertés d'être et de pensées, assurément décomplexées en tant qu'activiste de la paix et des gouters à volonté revendiqué....


Tout cela, et bien plus à la fois.

De ces mondes où seuls vous aviez la clé. Vous et votre Doudou Gardien des Clés, maitre des sauts dans le temps et des voyages galactiques assumés. De ces changements de peau, de corps, de langue, d’énergie, d’influence, de mythe, de paradigmes, et de réalité.


Et voici, vous voyez bien que vous me comprenez… Vous voyez bien que vous y avez encore accès.


Mais, qu’en est-il d’un Doudou Abandonné ?

Ne rêvera-t-il plus jamais ? Ou aura-t-il toujours accès à ces mondes dont seul lui connait le secret ?


Cela, je n’osais pas lui demander, ne voulant pas éveiller en lui la brutalité d’une potentielle nouvelle réalité ; que deviendra-t-il sans son Enfant Adoré ? Et qu’en sera-t-il de tous ces rêves oubliés ?


Ça, je ne sais…



...


Texte & photo : Avril 2021


...



55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout